Découvrir un patrimoine d'exception
Le château Jean Faure
Logo du Château Jean Faure
Découvrir le château en vidéo
Un héritage sacré
L’origine XVIIIème de Jean Faure

Même si l’on peut penser que l’histoire de Jean Faure remonte à l’antiquité Romaine, faisant partie de la villa Figeacus (actuel Château Figeac) immense domaine qui possédait certainement déjà son propre vignoble, l’existence du domaine de Jean Faure apparaît officiellement sur la carte de Belleyme datant de 1763-1770. Ce qui est confirmé par Henri ENJALBERT, historien célèbre :

« …les ceps s’avancent sur Jean Faure et sur La Dominique ; (…)»

Premier cru historique, figurant dès le milieu du 18e siècle sur la première cartographie des grands terroirs de Bordeaux, Château Jean Faure a traversé les époques avec constance. Anciennement rattaché à Figeac, Jean Faure n’a pas bougé en superficiedepuis le début du 19e siècle.

Il est cité dans toutes les éditions successives de l’incontournable bible des vins de Bordeaux éditée par les Éditions Féret, “Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite” par Charles Cocks et Édouard Féret, puis les successeurs de ce dernier.

1893 – 6ème édition : Château Jean Faure passe 1er cru de Saint-Emilion.

Le Feret est très élogieux sur le terroir ainsi que sur le vignoble :

« … Ce cru produit un vin exquis très parfumé et de bonne conservation. Il tient du Saint Emilion et du Pomerol ; il est à cheval sur ces deux communes.

Son vignoble comprend 18hectares : dont 15 de très vieilles vignes(…) il occupe le point culminant entre le Cheval-Blanc(…) entre la Conseillante au N. et au S. , le Château Figeac dont il est un démembrement… »

1893 : Château Jean Faure est mentionné 1er cru de graves de Saint-Emilion.
Un classement historique
Le Château : Outil réceptif de 1er plan
La chartreuse XVIIIème

La chartreuse XVIIIème a été restaurée en respectant l’esprit du lieu et  son architecture historique. Au XVIIIème siècle, les exploitations viticoles de la gironde, respectaient  toutes le même type d’organisation : une chartreuse basse qui constituait la maison de maître et des bâtiments d’exploitation attenants.

Des enrichissements furent apportés à Jean Faure au cours des siècles suivants : une nouvelle maison de maître, plus vaste a été construite au début du XIX°s et deux pavillons ont été ajoutés à la chartreuse à la fin du XIX°s.

Ressourcement
Le parc du Château

Composé de pelouses arborées, de parterre de buis taillés, d’un théâtre de verdure d’inspiration japonaise, ainsi que d’une pièce d’eau, il invite au ressourcement.

L’âge plus que bicentenaire des platanes, du pin parasol et du cèdre, emblème de Jean Faure, témoigne du statut occupé par le domaine de Jean Faure dès le XVIII°s.